Coronavirus : y-a-t-il plus de risque quand on a Alzheimer ?

J’ai entendu dire que la maladie d’Alzheimer augmente le risque d’être atteint du COVID-19, est-ce vrai ?

Les maladies neurocognitives, comme la maladie d’Alzheimer,  ne semblent pas augmenter en elles-même le risque d’être atteint du COVID-19 (la maladie respiratoire causée par le nouveau coronavirus), ni de la grippe.

Cependant, toute personne ayant un système immunitaire faible est une personne à risque.

Des facteurs de risque associés à la faiblesse immunitaire des malades Alzheimer

Deux facteurs de risque sont associés à cette faiblesse immunitaire : l’âge et les pathologies chroniques. Or, la majorité des malades d’Alzheimer sont âgés de plus de 65 ans. Il s’agit du premier facteur de risque. Par ailleurs, la majorité des plus de 65 ans ont au moins une, voire plusieurs, maladies chroniques. C’est le cas, par exemple, des maladies rénales, du diabète, de l’hypertension, des maladies cardiaques, ou de la chimiothérapie pour le traitement du cancer. Ces maladies constituent le deuxième facteur de risque.

Par conséquent, le malade d’Alzheimer ainsi que son aidant et son soignant sont dans une situation à haut risque.

Symptômes et troubles du comportement : un risque accru de s’infecter

Les malades peuvent oublier de se laver les mains ou de prendre d’autres précautions recommandées pour prévenir le COVID-19. Les troubles du comportement peuvent également augmenter leur risque de s’infecter.

De plus, la fièvre liée à ces maladies virales tels que le COVID-19 et la grippe peuvent aggraver les troubles cognitifs dus à la maladie neurocognitive. Elle doit donc être surveillée de près.

N’oubliez pas : Compte tenu des prévisions de l’épidémie, il est IMPÉRATIF de respecter un confinement maximum pour diminuer le pic épidémique. Cela permettra de faciliter la prise en charge des personnes qui en auront besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.