Le cholestérol et la maladie d’Alzheimer

shutterstock_45403591

Le cholestérol ou comment mieux identifier les facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer

Depuis une décennie LECMA – Vaincre Alzheimer finance la recherche sur la maladie. A l’occasion de son anniversaire, l’association partage avec vous les découvertes les plus marquantes sur la maladie d’Alzheimer qu’elle a eu l’audace de financer.

Cette semaine, zoom sur le cholestérol, pour mieux identifier et comprendre les facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer.
Dr. Fabien GOSSELET, chercheur à l’Université d’Artois, Lens

Le Dr. Gosselet travaille depuis des années sur la barrière hémato-encéphalique, qui permet d’éliminer les constituants toxiques du cerveau vers la circulation sanguine. Grâce au soutien de LECMA Vaincre Alzheimer, il a démontré que c’est en régulant le taux de cholestérol dans le cerveau que la barrière hémato-encéphalique peut éliminer la protéine Aβ, dont l’accumulation est toxique. C’est une contribution majeure dans l’identification de l’hyper-cholestérolémie comme facteur de risque de la maladie d’Alzheimer.

Dr France Yen Potin, chercheur à l’Université de Lorraine, Nancy

Le cerveau est principalement composé de lipides dont le cholestérol, essentiel à son bon fonctionnement et à la communication entre les neurones. Le maintien de l’équilibre du cholestérol apparaît par conséquent crucial pour la capacité du cerveau à bien vieillir, diminuant ainsi les risques d’apparition de la maladie d’Alzheimer.

Le Dr. Potin a travaillé sur la caractérisation d’un nouveau récepteur des lipides. En effet, elle a montré que ce récepteur était localisé dans l’hippocampe, une structure cérébrale importante pour la fonction de la mémoire. Son équipe démontre que ce récepteur est directement impliqué dans le maintien de l’équilibre du cholestérol cérébral. Ce récepteur est particulièrement important dans la préservation de l’intégrité des neurones et donc dans le maintien des fonctions cognitives au cours du vieillissement. Ces travaux ont contribué à mieux comprendre le rôle du cholestérol en tant que facteur de risque de la maladie d’Alzheimer.

Prof. Charles DUYCKAERTS, PU-PH à l’Hôpital de la Salpêtrière, Paris.

L’équipe du Prof. Duyckaerts travaille sur l’étude de la relation entre le cholestérol cérébral et la maladie d’Alzheimer. Le Prof. Duyckaerts a montré que le cholestérol cérébral s’accumulait dans le cerveau au niveau des plaques séniles, dû à une possible altération dans son transport. Ces travaux ont contribué aux stratégies de prévention de la maladie d’Alzheimer qui ont pour but de diminuer le taux de cholestérol chez l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.