Soutenir les soignants : 4 raisons de les former sur la maladie d’Alzheimer

Soutenir les soignants pour améliorer le diagnostic

Depuis 2016, Vaincre Alzheimer a pour mission de soutenir les soignants. Comment ? En assurant la formation à travers d’un diplôme, le DIU MA2. 

Grâce au soutien de Vaincre Alzheimer, le diplôme interuniversitaire DIU MA2 permet d’élargir les connaissances des professionnels de santé. L’objectif est de les former à diagnostiquer et à prendre en charge les différentes maladies neurocognitives : 

  • maladie d’Alzheimer, 
  • maladie à Corps de Lewy, 
  • Démence Frontotemporales, 
  • maladies cérébrovasculaires… 

Cette formation permet donc d’améliorer le diagnostic des personnes malades.

Former le personnel soignant pour une meilleure prise en charge des malades

Le DIU MA2 permet également de favoriser les interactions entre les disciplines impliquées dans la prise en charge de ces pathologies. Ainsi, la collaboration entre neurologues, psychiatres, psychologues, orthophonistes… est améliorée significativement.

Il est en effet reconnu qu’une prise en charge quotidienne efficace pour les malades exige l’interdisciplinarité : besoin d’un soutien psychologique, développement d’activités stimulant les fonctions cognitives mais aussi les fonctions motrices. 

Cette formation permet donc une meilleure prise en charge de la personne pour préserver son autonomie le plus longtemps possible. 

Former et impliquer davantage les médecins généralistes

Il est par ailleurs urgent et crucial d’harmoniser les pratiques diagnostiques entre les différentes consultations mémoire de France. Il faut donc impliquer davantage les médecins généralistes. 

Les patients arrivent encore trop tardivement aux consultations mémoires, qui sont les lieux de diagnostic des maladies neurocognitives. La raison principale est souvent parce que le parcours de soin des patients n’est pas assez clair pour les médecins généralistes. 

Cette formation vise donc à proposer un diagnostic personnalisé au moment opportun, en fonction du patient et du contexte. 

Soutenir et former pour proposer aux malades de bénéficier d’un essai clinique

Enfin, cette formation nationale qualifiante permet de promouvoir la recherche clinique auprès des patients. En l’absence de traitement curatif, si des essais cliniques sont accessibles, il est du devoir des médecins d’en informer les malades et leurs familles. Cette formation fédère les professionnels de santé. Elle leur permet d’être informés des essais thérapeutiques innovants qu’ils peuvent proposer à leurs patients.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.