Une nouvelle voie thérapeutique innovante liée à l’hippocampe pourrait-elle voir le jour ?

Liée à la région centrale du processus de mémorisation, une nouvelle voie thérapeutique va être étudiée grâce au financement de Vaincre Alzheimer.

Lutter contre la neurodégénérescence par une thérapie génique* corrective et ouvrir une nouvelle voie thérapeutique innovante sont les objectifs du Dr Thierry Léveillard.

Lauréat 2019, le projet du Dr Thierry Léveillard, Directeur de recherche à l’Institut de la Vision à Paris pourrait permettre d’envisager une nouvelle voie thérapeutique. Son but est de cibler une nouvelle voie moléculaire impliquée dans la neurodégénérescence par thérapie génique.

Tester une thérapie génique pour éviter l’accumulation de la protéine tau dans les neurones ?

Dans la maladie d’Alzheimer, la protéine tau, dont la fonction initiale est de stabiliser le squelette des neurones, est modifiée chimiquement. Cette modification conduit à la déstabilisation du squelette neuronal et à l’accumulation de la protéine tau anormale dans le neurone. A terme, l’agrégation de la protéine tau forme les dégénérescences neurofibrillaires qui sont responsables de la mort des neurones.

Il est donc important de trouver des solutions pour enrayer le processus de modification chimique de la protéine tau, afin que celle-ci ne s’accumule pas sous forme de dégénérescences neurofibrillaires. C’est tout l’enjeu du projet de recherche de l’équipe du Dr. Léveillard, qui souhaite tester une thérapie génique en visant un nouveau gène impliqué dans la neurodégénérescence.

Un projet au caractère original et novateur

Ce projet de recherche a été recommandé à l’unanimité par le comité scientifique international de la Fondation Vaincre Alzheimer pour son caractère original et novateur. L’équipe du Dr. Léveillard a montré que le gène NXNL2, impliqué dans le bon fonctionnement de l’œil, protège la protéine tau contre les atteintes du stress oxydatif rétinien et empêche sa modification chimique dans la rétine.

En effet, de manière très intéressante, ce gène NXNL2 est également exprimé dans le cerveau. Le Dr. Léveillard a montré que, dans un modèle expérimental sain, lorsque le gène NXNL2 est rendu non fonctionnel, une série de modifications apparaissent dans l’hippocampe, une région cérébrale clé pour la mémoire : déficit de la fonction des neurones, dysfonctionnement de l’utilisation du glucose (carburant principal du cerveau), modification chimique de la protéine tau et troubles de la mémoire. Toutes ces modifications rappellent étrangement l’évolution de la maladie d’Alzheimer chez l’homme.

Rétablir la fonction du gène NXNL2, impliqué dans le bon fonctionnement de l’œil

Le Dr. Léveillard souhaite donc transposer ses observations décrites dans la rétine à la maladie d’Alzheimer. Pour cela, son équipe va tester une thérapie génique corrective afin de rétablir la fonction du gène NXNL2 dans un modèle de maladie d’Alzheimer.

Cette stratégie permettra de montrer le bénéfice de cette thérapie sur l’ensemble des fonctions cérébrales (fonction neuronale, utilisation du glucose, oxydation cérébrale, modification chimique de la protéine tau). Ce projet de recherche va donc ouvrir la voie à de futures thérapies innovantes.

Des experts scientifiques unanimes

Les experts mondiaux de notre comité scientifique ont tous soutenu ce projet novateur :

« L’hypothèse de travail provient d’observations originales effectuées dans la rétine. Le chercheur travaille à l’Université de la Sorbonne, une institution réputée dotée d’une solide expertise en neurosciences. Il possède une excellente expertise dans le domaine et il a réuni une équipe complète pour mener à bien ce projet. »

« Ce projet est très original et novateur. Il aborde une nouvelle hypothèse très excitante sur le gène NXNL2 qui est associé à des phénomènes centraux de la neurodégénérescence. »

« L’objectif principal de ce projet est de traiter un modèle expérimental de tauopathie par thérapie génique. Un tel projet pourrait conduire à des stratégies thérapeutiques très nouvelles et originales pour la maladie d’Alzheimer en particulier, et plus généralement pour les maladies neurodégénératives. »

 

*La thérapie génique consiste à introduire ou corriger un ou plusieurs gène(s) dans des cellules pour soigner une maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.