Faire un don pour la recherche : un acte généreux essentiel aux grandes avancées de la recherche

Rodolphe vous explique pourquoi il a décidé de faire un don pour la recherche à nos côtés.

« J’ai décidé de faire un don pour la recherche à la Fondation Vaincre Alzheimer suite à la grande nouvelle sur l’Aducanumab » raconte Rodolphe, donateur régulier.

L’aducanumab est un anticorps qui reconnait les plaques amyloïdes présentes dans le cerveau des malades d’Alzheimer. Administré par voie intraveineuse, cet anticorps va circuler dans le sang, va traverser la barrière hémato-encéphalique (barrière physiologique entre la circulation sanguine et le cerveau) et atteindre sa cible dans le cerveau, la protéine Aβ agrégée sous forme de plaques, afin de les éliminer. Biogen a annoncé en octobre dernier vouloir déposer une demander d’autorisation de mise sur le marché pour ce traitement.

La théorie associée : la cascade amyloïde

Une des grandes théories scientifiques de la physiopathologie de la maladie d’Alzheimer est la « cascade amyloïde ». Cette hypothèse consiste à penser que l’accumulation de la protéine Aβ sous forme d’oligomères, de protofibrilles puis de plaques amyloïdes serait à l’origine de la toxicité des neurones et de leurs points de jonction (synapses), entrainant par la suite une dégénérescence des neurones.

Basés sur cette théorie, les 2 essais cliniques des sociétés pharmaceutiques Biogen et Eisai ont pour but de démontrer qu’en enlevant les plaques amyloïdes grâce à l’anticorps aducanumab, on diminue l’atteinte des neurones et on ralentit l’évolution du déclin cognitif et fonctionnel des malades d’Alzheimer.

Continuer à soutenir la recherche médicale : une priorité

Ces essais cliniques visant à éliminer la protéine Abeta n’auraient pas pu exister sans au préalable l’identification de la protéine Abeta, de ses différents fragments, et de la découverte des différentes formes toxiques pour les neurones.

« Cela confirme bien que sans les découvertes de la recherche fondamentale, il n’y a pas de traitement thérapeutique qui peut voir le jour. La recherche fondamentale va permettre de comprendre les mécanismes qui aboutissent à la maladie d’Alzheimer (les causes). La recherche clinique va permettre de trouver des applications cliniques grâce aux découvertes de la recherche fondamentale, afin de mettre au point de nouveaux traitements pour les malades d’Alzheimer. » explique le Dr Panchal, Directrice scientifique de la Fondation Vaincre Alzheimer avant d’ajouter « il est donc nécessaire de continuer à soutenir la recherche médicale, qu’elle soit fondamentale ou clinique, car l’une de va pas sans l’autre. »

Contribuez aux prochaines grandes avancées de la recherche

Continuer de financer les projets de recherche est donc essentiel. Certains projets très prometteurs et innovants ont encore besoin de votre aide. C’est le cas de celui du Dr. Marc Dhenain (Directeur de Recherche CNRS), financé actuellement par la Fondation Vaincre Alzheimer. Il a pour but d’identifier les formes exactes de protéine Abeta responsables de la propagation des dépôts amyloïdes dans le cerveau des personnes malades d’Alzheimer. Ce projet permettrait d’identifier spécifiquement les acteurs moléculaires à éliminer lors des futurs essais thérapeutiques afin d’empêcher la propagation des lésions amyloïdes dans le cerveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.