Déficit cognitif léger : est-ce un diagnostic de maladie d’Alzheimer ?

Déficit cognitif léger : est-ce une maladie d'Alzheimer ?

Cette semaine, le Dr Maï Panchal répond à la question « On a diagnostiqué à ma femme un déficit cognitif léger, est ce que ça veut dire que ma femme a la maladie d’Alzheimer ? »

Dr Maï Panchal : « Le déficit cognitif léger ou MCI pour Mild Cognitive Impairment, se traduit par des troubles de la mémoire sans retentissement sur la vie quotidienne. Ces troubles cognitifs plus importants que ceux attendus pour l’âge du patient, ne sont pourtant pas aussi sévères que ceux caractéristiques d’une démence. A ce stade de troubles, on peut dire que ces personnes ont un risque important de développer ultérieurement une démence. Mais il est nécessaire d’être prudent car ce  déficit peut avoir d’autres causes : une dépression, une anxiété, la prise régulière de médicaments psychotropes, etc…

La communauté scientifique a fait de gros progrès dans le diagnostic du trouble cognitif léger associé ou non à une démence. Ainsi, nous savons désormais que si le trouble cognitif léger est associé à un stade débutant de la maladie d’Alzheimer, la région cérébrale appelée hippocampe, essentielle à la mémoire, est touchée. On dit que la personne a une amnésie de type hippocampique. Grâce à des tests neuropsychologiques spécifiques de ce déficit hippocampique, on est capable de distinguer des personnes qui ont un trouble cognitif léger avec un risque majeur de développer la maladie d’Alzheimer de celles ayant un trouble cognitif léger dû à une dépression ou une toute autre maladie. » 

Vous souhaitez vous aussi poser votre question au Dr Panchal, Directrice scientifique de la Fondation Vaincre Azheimer ? Envoyez nous votre question!

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.