Est-ce que le niveau socio-éducatif joue un rôle dans le risque de survenue de la maladie d’Alzheimer ?

Niveau socio-éducatif et maladie d'Alzheimer

Un haut niveau socio-éducatif ne protège pas contre la survenue d’Alzheimer mais permet de maintenir les fonctions de son cerveau plus longtemps.


Dr Maï Panchal : « Ce sujet est lié au concept de réserve cognitive. Celle-ci pourrait se définir comme l’ensemble des acquis du cerveau via les stimulations, les entraînements que l’on fait subir à notre cerveau. Cette réserve serait donc d’autant plus grande que le niveau socio-éducatif est élevé. Au cours de la maladie d’Alzheimer, le cerveau essaie activement de faire face au développement des lésions cérébrales, à l’aide des processus cognitifs pré-existants ou en faisant appel à des processus compensatoires.

Concrètement, une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, qui a un niveau socio-éducatif élevé, aura une plus grande réserve cognitive. Elle pourra donc maintenir la fonction de son cerveau plus longtemps qu’une personne de bas niveau socio-éducatif par un système de compensation. Or cette « compensation » des lésions induites par la maladie d’Alzheimer peut retarder les premiers signes cliniques, c’est à dire les premiers symptômes visibles. Elle n’empêchera pas en revanche le développement d’une maladie d’Alzheimer. C’est également la raison pour laquelle chez les personnes de haut niveau socio-éducatif, la maladie semble plus sévère. En effet, les symptômes ne sont visibles que lorsque la pathologie est déjà bien avancée. » 

Pour poser vos questions, rejoignez-nous sur les réseaux sociaux ou cliquez sur ce lien :

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.