La caféine contre la maladie d’Alzheimer : un futur traitement ?

Café et maladie d'Alzheimer

Le café : un effet positif sur la pathologie tau caractéristique d’Alzheimer ?


Le café aurait un effet positif et permettrait de combattre la maladie d’Alzheimer. C’est sur cette hypothèse que les Dr David Blum et Christa E. Müller travaillent depuis plusieurs années.

En effet, dans le cadre d’un projet franco-allemand, l’équipe dirigée par le Dr. David Blum, chercheur au centre de recherche Jean-Pierre Aubert de Lille, et l’équipe du Dr. Christa E. Müller de l’Université de Bonn en Allemagne, ont démontré pour la première fois l’effet bénéfique de la caféine dans un modèle expérimental de la pathologie tau de la maladie d’Alzheimer.

Ce projet de recherche a été financé pendant 2 ans par LECMA-Vaincre Alzheimer à hauteur de 50 000 euros pour le chercheur français David Blum, et en collaboration avec son association partenaire allemande AFI à hauteur de 30 000 euros pour le chercheur allemand. Les résultats viennent d’être publiés dans la revue internationale Neurobiology of Aging.

La protéine tau a un rôle très important dans la stabilisation du squelette des neurones. Dans la maladie d’Alzheimer, la protéine tau est chimiquement modifiée – on dit qu’elle est hyperphosphorylée. Elle devient alors défectueuse  et se détache du squelette des neurones. De ce fait, le squelette du neurone n’est plus maintenu. Les neurones dégénèrent, et les connexions entre les neurones se perdent. La protéine tau défectueuse s’agrège dans le neurone et constitue la lésion caractéristique de la maladie d’Alzheimer appelée « dégénérescence neurofibrillaire ». Dans la maladie d’Alzheimer, ces dégénérescences neurofibrillaires se développent d’abord dans la région cérébrale de l’hippocampe, essentiel à la mémoire et à l’apprentissage. Elles se propagent au cours du temps à l’ensemble du cerveau. On sait que la progression de ces lésions correspond aux symptômes de la maladie qui débute par les troubles de la mémoire puis des troubles du langage, de reconnaissance et l’incapacité à exécuter des gestes. Il n’existe à l’heure actuelle aucun médicament capable d’arrêter ce processus de neurodégénérescence. Sur la base de ces observations, l’équipe du Dr. Blum et de ses collaborateurs allemands ont voulu évaluer un nouveau type de molécule, la caféine, en vue d’un futur traitement contre la maladie d’Alzheimer.

La caféine est la substance psychoactive la plus consommée au monde. Jusqu’à présent, des études épidémiologiques avaient montré que la consommation régulière de caféine prévenait du déclin cognitif au cours du vieillissement, et réduisait le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Cependant, les effets de la caféine in vivo sur la pathologie tau – pathologie responsable des symptômes de la maladie d’Alzheimer – n’avaient jamais été montrés.

Les équipes du Dr. Blum et du Dr. Müller viennent de démontrer que la prise régulière de caféine, donnée à des modèles murins à un stade précoce de la pathologie tau de la maladie d’Alzheimer, réduisait la protéine tau hyperphosphorylée dans la région de l’hippocampe et ainsi, empêchait le développement des déficits de mémoire spatiale. De plus, la consommation de caféine a réduit plusieurs marqueurs pro-inflammatoires et exercerait des effets bénéfiques sur le stress oxydatif cérébral.

Compte tenu du peu d’effets secondaires d’une consommation raisonnable de la caféine chez l’homme, ce stimulant pourrait être considéré comme une future molécule thérapeutique pertinente pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce.

 

LECMA-Vaincre Alzheimer souligne la valeur ajoutée des projets de recherche transfrontaliers qu’elle finance, en collaboration avec ses associations partenaires européennes. Faire travailler ensemble des équipes de chercheurs de différents pays, c’est démultiplier les compétences au service d’une recherche plus efficace. Cela  permet d’augmenter les chances d’avancées et de découvertes sur la maladie d’Alzheimer. Soutenez la recherche coopérative européenne !

 

 Source :  Laurent, C., Eddarkaoui, S., Derisbourg, M., Leboucher, A., Demeyer, D., Carrier, S., Schneider, M., Hamdane, M., Müller, C.E., Buee, L. & Blum, D. (2014).Beneficial effects of caffeine in a transgenic model of Alzheimer’s disease-like Tau pathology. Neurobiology of Aging. http://www.neurobiologyofaging.org/article/S0197-4580(14)00284-X/abstract

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.