Comprendre la maladie d’Alzheimer en vidéo

La maladie d’Alzheimer est une affection neurodégénérative. Retrouvez ce qui se passe dans le cerveau d’une personne malade en vidéo.

La maladie d’Alzheimer entraîne une détérioration progressive et définitive des cellules nerveuses provoquant la forme la plus commune des démences.

L’âge est le principal facteur de risque de la maladie. Mais on peut vieillir sans développer la maladie d’Alzheimer. Fréquente chez les personnes âgées, elle touche également les personnes jeunes. La maladie d’Alzheimer n’est pas une conséquence du processus normal du vieillissement.

Causes connues de la maladie

Elle est due à une accumulation de protéines anormales dans le cerveau : protéine bêta-amyloïde et protéine tau. Ces accumulations forment les deux lésions cérébrales de la maladie, appelées plaques amyloïdes et dégénérescences neurofibrillaires.

Aujourd’hui, on ne connait pas exactement toutes les causes de cette maladie mais la recherche avance à ce sujet. Il est donc très important de soutenir les chercheurs et leurs projets innovants.

Traitements médicamenteux

Certains symptômes peuvent être soignés mais il n’existe pas encore de traitement curatif.

Quatre médicaments existent pour traiter certains symptômes du malade. Néanmoins, ils n’empêchent pas la progression de la maladie. Les médicaments sont le Donépézil (Aricept), la Rivastigmine (Exelon), la Galantamine (Reminyl) et la Mémantine (Exiba).

Un effet avéré de ces quatre médicaments a été démontré sur la cognition à court terme malgré l’apparition d’effets indésirables pouvant nécessiter l’arrêt du traitement. Ces médicaments ont un effet plus ou moins important selon les patients. C’est la raison pour laquelle, c’est au spécialiste suivant la personne malade de faire le rapport bénéfices-risques avant de prescrire un de ces quatre traitements. 

Par ailleurs, les patients peuvent recevoir des médicaments qui ont un effet sur certains troubles provoqués par la maladie (stress, anxiété, agressivité, dépression, incontinence…). On peut prescrire, par exemple, des antidépresseurs ou des anxiolytiques. Ces derniers traitements sont administrés en fonction des patients, au cas par cas car les psychotropes sont susceptibles d’aggraver les troubles cognitifs. Il faut donc faire attention avec l’administration de ces médicaments. 

Traitements non médicamenteux

Il est important de ne pas se limiter à une prescription uniquement médicamenteuse. Il existe des prises en charge non pharmacologiques destinées à traiter certains troubles ponctuels. Ces prises en charge permettent bien souvent d’améliorer les conditions de vie du malade. Ainsi, orthophonie, kinésithérapie, ostéopathie, prise en charge psychologique, ergothérapie, psychomotricité etc… sont recommandées.

NB : Il est à proscrire toute comparaison entre méthodes médicamenteuses et non médicamenteuses. Ces méthodes sont complémentaires pour une prise en charge optimale et l’une ne peut remplacer l’autre.