Alzheimer : qu’en est-il des traitements non médicamenteux ?

traitements non médicamenteux loisirs

Le Dr Maï Panchal, Directrice scientifique de la Fondation Vaincre Alzheimer, est de retour pour la question de la semaine et aborde la thématique des traitements non médicamenteux


Dr Maï Panchal « Les traitements non médicamenteux sont en plein essor. Bien qu’il existe peu de preuves scientifiques (seuls des essais cliniques randomisés et contrôlés peuvent prouver une réelle efficacité), tout le personnel soignant en contact avec les malades s’accorde à dire qu’il existe un réel effet bénéfique. L’ensemble des thérapies non-médicamenteuses ne sont pas prescrites pour améliorer l’évolution cognitive du malade mais plutôt pour améliorer l’évolution de sa dépendance.

Il est nécessaire de proposer aux malades des solutions alternatives à la prise encore trop importante de neuroleptiques en institution. Aujourd’hui on sait que l’utilisation des traitements non médicamenteux peuvent améliorer les troubles psycho-comportementaux du malade, et permettre de réduire la prescription des psychotropes.

Les thérapies les plus répandues sont la stimulation cognitive, la thérapie par réminiscence, l’activité physique, la musicothérapie et la psychothérapie. On sait maintenant qu’il existe un concept particulièrement adapté pour traiter les troubles du comportement : la prise en charge individuelle personnalisée. Cette thérapie résulte de l’analyse des troubles du comportement du patient, de sa personnalité, ses goûts et ses affinités, et de ses capacités restantes. Il a été démontré que la prise en charge personnalisée menée par des professionnels permet d’atténuer le fardeau de l’aidant, de ralentir la perte d’autonomie du malade et de différer l’entrée en institution. »

Vous souhaitez vous aussi poser votre question au Dr Panchal, Directrice scientifique de la la Fondation Vaincre Alzheimer ? Envoyez nous votre question!

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.